Accueil » Actualités » Actualités » Le Modern d’aujourd’hui

Le Modern d’aujourd’hui

Aujourd’hui je vais vous faire un tour d’horizon du format Modern. C’est un peu ma capacité spéciale cet article! Il ne s’agira pas de faire une division en Tiers de tous les decks du format: il y en a trop. Une vue d’ensemble, avec du recul, celle que vous devez absolument avoir avant de vous lancer dans un tournoi de Modern, voilà ce qui est au menu. Alors allons-y, n’ayons peur de rien, attaquons nous au monument qu’est le vaste format du Modern.

 

Les decks Rock

Les decks Rock rassemblent tous les decks qui partagent ce socle BGx. Bien connue et redoutée de tous, cette base rassemble la puissance “brute” moyenne la plus forte du format: Tarmogoyf, Liliana du voile, Décomposition abrupte, Inquisition de Kozilek, Pulsation du Malestrom, Saisie des pensées, Tasigur, le croc doré, Limon nécrophage… Autant de cartes dont la puissance compense l’absence globale de synergies au sein de ces decks là. On distingue globalement deux types de decks Rocks: les decks Jund (qui splashent rouge donc) et Abzan (blanc donc). Même s’ils partagent un socle commun, et donc des stratégies relativement proches, certaines différences sont à noter. Le premier va bien sûr jouer un carré de Foudre, mais aussi des Confidents Obscurs, des Terminaison et des kolag, alors que le deuxième se dirigera souvent vers Rhino de Siège, Chemin vers l’exil et les terribles Âmes Persistantes, carte décisive s’il en est dans le miroir.

Les decks Sultaï sont plus rares et sont encore dans l’attente d’une véritable percée au niveau international, même si de ce que j’ai pu en voir, il s’agit d’un archétype plein de potentiel. Si vous avez de la chance, vous pourrez aussi croiser Rock sans splash, ou alors juste un splash blanc pour les Âmes persistantes.

Il est très difficile de s’adapter post-side à ces decks là, car leur plan de jeu, c’est d’avoir un meilleur topdeck que vous. A ce titre, ils ont beaucoup de match-ups très équilibrés (60-40 au pire). Toutefois, ces decks étant la référence du format, ils ont tendance à souffrir dans un format où un deck qui perd régulièrement contre ces decks là n’est pas considéré comme sérieux. Toutefois, à force de volonté et de talent, ces decks là forment toujours le socle du format.

Rock

Les decks Twin

L’autre grand deck du format depuis un an, Splinter Twin reste le havre de la combo la plus populaire du format: Exarque Fourbe ou Harceleuse plus Jumeau par scission. En réalité, ces decks se déclinent en trois famille dont le style diffère sensiblement: les UR Twins, qui sont une version très tempo et, de manière générale, plus axée sur la combo, les Grixis Twins, qui ont à leur disposition un des meilleurs arsenaux pour contrôler la partie jusqu’au bout, et enfin les Tarmo Twin, qui sont plus axés sur la composante “beatdown” de Twin. Les decks Jeskai Twin sont généralement plus délaissés mais sont également une alternative compétitive, quoique difficile à builder. Chacun de ces decks peut finir instantanément la partie grâce à sa combo, mais en vérité, ce n’est que très rarement le plan de jeu. C’est plus une menace agitée sous le nez de l’adversaire pour l’inciter à jouer plus prudemment, et à mieux se laisser contrôler. Ne vous fiez pas aux apparences: malgré leur combo, il s’agit des decks Control du format.

Splinter Twin

Affinity

Le jeu aux sorties explosives par excellence. Le but est souvent de poser sept à huit permanents en deux tours (trois à la limite) et attaquer l’adversaire à la gorge. Le deck peut facilement s’accélerer grâce au Mox d’Opale et Tambour de Sautefeuille pour avoir des sorties délirantes. Les synergies sont légions et les kills sont diversifiés : Maître de l’Etherium, Parasite Signaleur, Blindage Crânien, Dévastateur Entravarc et Brigadier d’Acier sont les principaux finishers du deck, avec une mention spéciale pour le Champion gravé qui est la point d’orgue des synergies que le deck rassemble, et pour les deux Nexus qui peuvent reprendre une partie en main même lorsque tout semble perdu. A noter que les cartes du deck sont finalement assez faibles individuellement, car pour optimiser les synergies il faut jouer un paquet de petits artefacts ridicules comme Ornithopter, et que c’est sans doute le deck le plus facile à anticiper post-side. Toutefois, il ne manque pas de ressources, jouant sur cinq couleurs facilement, et sa violence en pré-side en fait un deck qui, un peu comme les decks Rock, connait beaucoup de match-ups à 50/50.

Affinity

Burn

L’adversaire commence la partie avec 20 PV, pour gagner il faut qu’il en ait 0 ou moins. Comment y arriver au plus vite? Et bien avec Burn. Le deck le plus aggressif du format, par définition, est un des challengers les plus sérieux dans un métagame aussi varié que celui du Modern. Fort d’une intéraction minime et d’une stratégie très directe, le deck se débrouillera bien sans avoir à anticiper quoi que ce soit. A noter que si on peut dire que tout deck jouant Pointe de Lave est un deck Burn, la frontière avec Zoo est de plus en plus tenue alors que Nacatl Sauvage fait régulièrement son apparition dans ces listes. Il s’agit aussi d’un deck très facile à contrer post-side, mais les solutions les plus efficaces contre lui ne sont efficaces contre aucun autre deck, contrairement à Affinity.

Burn

Merfolk

Merfolk, c’est le meilleur deck Tribal du format, très loin devant Elves. Le but du jeu est très simple: on empile les “lords”, à savoir Seigneur de l’Atlantide et autres joyeusetés du style, pour obtenir très rapidement une horde de créatures gigantesques et pourquoi pas imblocables si on peut rentabiliser cette Islandwalk. Le deck est certes capable de coller 17 points d’attaque au tour 4 si on le laisse faire, mais il dispose aussi de beaucoup d’outils pour temporiser et creuser dans son deck, en plus d’avoir un solide plan de late-game avec un Maître des Vagues souvent délirant. Ce deck est plein d’intéractions surprenantes, et n’est pas aussi facile à jouer que ce qu’on penserait. Un match-up fondamentalement mauvais contre Affinity l’a toujours retenu en arrière, mais ça reste à n’en pas douter l’un des decks les plus sous-estimés du format.

Merfolk

Living End

Il s’agit sans doute de la seule vraie contribution de Travis Woo à un format compétitif, autant la garder à l’esprit. Le but est simple: recycler plein de créatures pour trouver un sort coûtant 3 manas et ayant la Cascade (typiquement Effroi Démoniaque et Bouffée de Violence). La Cascade se résolvant, on se rend compte que le seul sort du deck qui peut être cascadé est Fin Vivante, qui va retourner littéralement le board. Le deck est moins évident à jouer, avec ou contre, qu’il n’y parait, et est un de ces decks qui gagne beaucoup à être sous-estimé ou mal compris. Le deck peut aussi assez facilement splasher bleu pour intégrer la combo Splinter Twin, dans un deck qui s’appelle Living Twin. C’est un deck plus rare et globalement moins efficace qu’un deck Living End classique, mais qui peut gagner significativement contre les pires match-ups du deck, notamment Tron et Merfolk.

LE

Bloom Titan

Vraisemblablement le deck le plus explosif du format (parmi les decks les plus joués j’entends), il s’agit aussi sans aucun doute du deck le plus difficile à jouer. Le potentiel est grand, allant même jusqu’à une victoire tour 1 pour certaines versions (elles restent assez rares), ou un Titan Primitif tour 2 ou 3 régulièrement, mais au moindre mauvais choix dans le séquencement des terrains ou dans les terrains recherchés dans le deck, le deck s’effondre comme un château de cartes dans un ouragan. Le pire ennemi du pilote de ce deck, c’est lui-même. Le but de base du deck est jouer entre les Guru-lands comme Chambre de croissance Simic et les dégagements répétitifs garantis par l’Amulette de Vigueur pour lancer très rapidement des sorts comme Conscience Collective. Les plans de side peuvent également être très folkloriques, ce qui permet au deck d’avoir finalement des match-ups globalement équilibrés à travers le format, mais sa crainte de Lune de Sang n’est pas feinte: si la carte arrive en jeu, il remballe.

Titan Bloom

Tron

 

Le deck Ramp du Modern, mais aussi le deck le plus polarisé du format, sans l’ombre d’un doute. Tron, dont le but est de réunir au plus vite les trois terrains d’Urza pour poser un Karn Libéré ou une Machine Guivrétreinte tour 3 et enchainer avec un Ugin, le Dragon-Esprit, collectionne les match-ups où la partie est décidée dès les premiers tours: soit c’est un bon match-up, auquel cas on frise le 90-10 dans les pires cas, soit c’en est un mauvais, et là on bascule parfois dans le 10-90. Typiquement, un deck dit “fair” perdra très régulièrement contre Tron, alors qu’un deck “unfair” s’imposera assez facilement en moyenne (ne généralisez pas ça à tour de bras non plus hein). A noter que pour beaucoup de decks, prévoir un plan de side contre Tron est futile, car faire passer ses chances de 10% à 15% n’est pas digne d’intérêt dans un format où le side doit être aussi généraliste que le Modern. Ne pensez pas que Tron remballe sur Tomber en poussière, et encore moins sur Lune de Sang, car c’est loin d’être le cas. Ce n’est malheureusement pas un deck sur lequel il y a beaucoup plus de choses à dire: il fait ce qu’il dit. C’est juste très fort et un peu lent.

Tron

Infect

Jadis le deck le plus explosif du format avant l’arrivée de Bloom, ceci reste le deck capable de tuer régulièrement le plus vite. Le but est de jouer une petite créature avec l’Infection et de la “pumper” via des sorts comme Croissance Mutagénique pour coller 10 points aussi vite que possible. Si vous n’interagissez pas avec lui, il gagnera à peu près deux tiers des parties tour 3. C’est énorme! Toutefois, comme Affinity et Splinter Twin, même s’il possède ce potentiel à explosion, il peut parfaitement soutenir le rythme d’une partie plus longue que ce qu’on pense, forçant l’adversaire à tourner autour de son plan de jeu sous peine de perdre la partie instantanément.

Infect

Scapeshift

Le “one-card-combo” du format: dès qu’on a sept terrains en jeu, on peut lancer Changelieu, la carte éponyme, pour aller chercher Valakut, la cîme en fusion, et six autres montagnes pour infliger 18 dégâts à l’adversaire (ou alors avec huit terrains, aller chercher deux Valakut et infliger 36 dégâts). Se basant sur une seule carte, plein de ramp et beaucoup de pioche, il s’agit d’un deck difficile à manier avec succès, surtout dans un environnement où les decks Twin sont aussi forts. Ne pensez pas toutefois qu’il s’agit d’un deck facile à déglinguer post-side, car avec son ramp, il a accès à des options très inattendues en side, comme Machine Guivrétreinte ou Titan de la fournaise.

Scapeshift

Les autres

C’est sans doute l’archétype que vous rencontrerez le plus souvent! Le Modern est un format dont la richesse n’a pas souvent été aussi développée, impossible de résumer le format en une simple dizaine de decks, comme on pourrait le faire en Standard. Zoo, Bogles, Mélira Cie, Gishoalbrand et Elves, entre autres, sont d’autres decks de Tier 2 qui ont tous failli, à très peu de choses près, obtenir leur propre description détaillée! Et cela, c’est en décidant sciemment d’ignorer tous les decks comme Time Walk, Ad Nauseam, Tokens, Knightfall, Death and Taxes et autres Grixis Control! Il est impossible de résumer fiablement le Modern en quelques mots, et ce qui en fait sa beauté. Pour réussir dans cette jungle de format, il faut maîtriser son sujet. Beaucoup de decks sont viables, les classements se tiennent dans un mouchoir de poche, tous les decks sont presque à égalité de puissance moyenne. Mieux vous jouerez, et plus grande seront vos chances de succès.

Ne soyez pas intimidés, au contraire, goûtez chaque jour à un fruit différent. Tant de couleurs de sons et de mouvements changeants, ce format est aussi beau que les cloches de Notre Dame. Sachez en apprécier la beauté comme on apprécie une oeuvre d’art: en découvrant à chaque fois quelque chose de nouveau.

C’est fini pour cette fois! A bientôt et si vous voulez plus d’articles écrits par mon auguste personne, n’hésitez pas à me rendre visite sur mon blog (cliquez ici) en plus de Passion Magic bien entendu!

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *